FICAME est une association loi 1901, dont l’objectif est de donner vie en février 2020 à un FestivalIndépendant du Cinéma et des Arts du Monde des Exilés.

Offrir une scène culturelle d’expression, de reconnaissance, et de partage à des  réalisateurs, des acteurs et des artistes déjà connus ou non, ayant vécu l’exil, après avoir quitté leur pays d’origine, possédant pour certains la double nationalité ,  participe à révéler les principes fondamentaux du droit d’asile que sont la solidarité, l’humanité, la dignité.

La Commune d’Eyguières située à l’extrémité Est des Alpilles, est un écrin privilégié au sein duquel les échanges culturels se développent.

Ce Festival reste l’occasion de faire jaillir l’expression, de susciter de nombreux et merveilleux échanges en nous entraînant sur les voies de la découverte.

« Soyez curieux, allez au cinéma ! le 7ème art procure de belles émotions, à qui sait aller à sa rencontre ».

Pour des exilés, réaliser un film, peindre une toile, écrire un roman ou une pièce de théâtre, c’est s’exprimer, c’est exister.

Un Fabuleux Investissement pour Connaître des Artistes Méconnus et en Errance.

FICAME, c’est déjà tout cela et également en point de mire un Festival Indépendant de Cinéma et d’Art du Monde des Exilés.

Mais, ne cherchez pas une déclinaison du mot exilé, celle-ci est plurielle ou du moins concerne plusieurs personnes, peuples, ethnies… déjà, durant son exode Moïse et son peuple hébreux étaient des exilés, des juifs errants.

Hier, encore les auvergnats, ces bougnats, « montaient » à la capitale. Ces forts des Halles, besogneux et nécessairement taiseux subirent un éloignement comme des exilés et surent faire valoir leur force et leurs talents.

Aujourd’hui, que dire d’un jeune béarnais reclus dans un appartement d’une banlieue parisienne, est-il un exilé géographique, un exilé territorial ?

Sous cette appellation, bien des nuances existent.

L’exil nourrit un imaginaire, avant, pendant et après. C’est ainsi que l’expression artistique et le cinéma en particulier rendent compte à fleur de peau et à travers divers scénari du choc des cultures et du parcours quelques fois périlleux que les exilés ont eu à connaître.

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *